« Refaire le monde en quarantaine »

« Refaire le monde en quarantaine »

Dans un Noyer centenaire mort de sècheresse, en quarante jours et en quarante morceaux, l’arbre mort a été démonté.

Chaque morceau a été taillé en tenon et mortaise puis les assemblages maintenus par des chevilles ont permis de redonner corps à l’arbre  sous la forme d’une sculpture.

Sur chaque morceau, des mots du glossaire de mésologie ont été écris.

Dimension de l’œuvre : Hauteur 300 cm , emprise au sol : 700 x 600 cm.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *